SÉMINAIRES D'ARCHITECTURE

Les murs sont toujours là.

L’homme les regarde un par un

Chacun a sa lumière

Chaque pierre consent

Toucher les plus rondes

De prés les joints sont grossiers : le mortier est vilain puis l’ombre l’engloutit

De loin le mur prend les couleurs du sol.

 

Vois tu le mur que nous avons bâti pour toi et tous les autres qui viendront ?

Quoique tu en penses, c’est gagné : j’ai vu le lézard jaillir du creux d’une pierre !

Comment fut il bâti ? Avec beaucoup de soin et de patience, de l’amour en quelque sorte.

S’il te plait, j’en suis enchanté.

Tu dis que tu aimes les pierres et la façon dont elles sont assemblées ?

N’est ce pas le caractère rustique de leur assemblage que tu aimes là ?

Si je pouvais bâtir ce mur d’une seule pierre de dix sept mètres de long, je le ferais !

Tu ne comprends pas…? C’est une blague. Une demi blague.

Crois tu que ce mur va durer mille ans ?

Et ceux qui viendront dans mille ans, aimeront ils les murs de pierres ?

Peut être auront ils aussi le désir de bâtir des espaces dans les lumières de leurs jours…